On a tous entendu parler du scandale Cambridge Analyca et de l’utilisation des données personnelles de Facebook. On a cru que Facebook en savait beaucoup sur nos vies, mais une étude publiée le 15 août par Douglas C. Schmidt, Professeur d’informatique à l’Université Vanderbilt aux USA, révèle “presque” tout ce que Google collecte comme informations en utilisant un smartphone Androïd et les comparent avec un iPhone.

 

Un téléphone Android en veille, et sans mouvement, avec Chrome en tâche de fond communique la localisation du téléphone à Google 340 fois sur une période de 24 heures, soit une moyenne de 14 envois de datas par heure. La localisation représente 35% des données collectées par Google.

En voici quelques résultats assez surprenant d’autant qu’ils ont été collectés sur un téléphone “resetté” avec les paramètres d’usine et un nouvel utilisateur a été créé de sorte que Google n’ai aucune connaissance préalable
de cet utilisateur :
  • Un téléphone sous Android avec Chrome, envoie 50 fois plus de demande de collectes de données qu’un device iOS sous Safari.
  • Android et Chrome sont les principales sources de datas pour Google lorsque les devices sont inactifs.
  • Google sait si vous marchez, courrez ou conduisez, même si vous n’êtes pas connecté en WIFI. Google envoie quand même des requêtes aux réseaux WIFI publics et privés afin d’analyser vos déplacement, tout en les couplant aux capteurs des devices Android.
  • Les cookies utilisateurs DoubleClick (régie publicitaire Google) qui trackent le comportement des utilisateurs sur des pages et services sont supposés anonymiser les utilisateurs, mais sont en fait associés à des comptes Google.
  • La majeure partie des données collectées par Google se fait alors que l’utilisateur est inactif, et n’est pas en train d’utiliser un produit Google. C’est d’autant plus vrai sur les devices Android qui collectent de l’information 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à plus de 2 milliards d’utilisateurs.
Les résultats de l’étude (55 pages) est disponible librement ici: https://digitalcontentnext.org/wp-content/uploads/2018/08/DCN-Google-Data-Collection-Paper.pdf
EN CONCLUSION…

Avec ses applications multiples dont certaines dépassent le milliard d’utilisateurs actifs mensuels, Google est vraiment l’antre du big data dans ce qu’il pourrait avoir de plus néfaste car ces produits sont capable de recueillir des données sur les utilisateurs grâce à une variété de techniques qui peuvent ne pas être facilement compréhensibles par un utilisateur général.

En effet, la majeure partie de la collecte de données de Google a lieu alors que l’utilisateur n’est pas directement lié à l’un de ses produits. Malgré que ces informations sont généralement collectées sans identifier un utilisateur unique, Google possède la capacité d’utiliser les données de façon distincte recueillies auprès d’autres sources afin de les dé-anonymiser.

Vous avez peur ?

UPDATE: supprimer la géolocalisation forcée de Google!